Communications de nos membres

Deux membres du réseau ECOPPAF ont participé au colloque « Socialismes africains. Socialismes en Afrique » qui se déroulait à Paris en avril. Programme du colloque

SocialAf

Romain Tiquet a traité du socialisme sénégalais en acte dans une intervention intitulée « Socialisme sénégalais, développement et Service Civique national de la jeunesse : autopsie d’une utopie (1959-1968) ».

Sabine Planel a proposé une intervention intitulée « Recompositions et devenir d’une petite institution rurale socialiste : le Shengo, tribunal populaire éthiopien ». Cette intervention est basée sur des enquêtes de terrain conduites en 2015, dans le Sud éthiopien, dans la région (zone) du Wolaita, wereda de Damot Sore, kebele de Zamine Kolbaye, dans le cadre du programme ECOPPAF.

Présentation de la communication: Recompositions et devenir d’une petite institution rurale socialiste : le Shengo, tribunal populaire éthiopien

Le socialisme éthiopien se nourrit, s’est nourri – et plus ou moins réclamé – d’une grande diversité d’influences : traditions indigènes, pratiques maquisardes, théorie(s) occidentale(s) et pensées de ses grands hommes (Lefort, 1981). Il entame depuis 2005/2010 une phase thermidorienne (Bayart, 2008) et se réinvente dans la néolibéralisation comme dans le renforcement de l’autoritarisme. Ces dynamiques recomposent le contact entre l’Etat et les sociétés locales  et produisent des tensions et arrangements nouveaux mais toujours marqués par l’idéal socialiste (Emmeneger et al., 2011).

L’objet de cette communication est d’analyser cette évolution du socialisme réel, de comprendre en quoi elle obéit à des idéologies changeantes et s’adapte à des effets de contextes spécifique,  à travers l’histoire d’une petite institution rurale mise en place à l’occasion de la Réforme Agraire de 1975, le shengo firdbèt. Ce petit tribunal populaire est en charge des affaires sociales,  c’est-à-dire du règlement judiciaire des affaires familiales et de voisinage, et particulièrement de l’endettement paysan intracommunautaire. Si cette institution a joué un rôle mineur dans l’encadrement des sociétés rurales (à la différence de la coopérative notamment) elle constitue pourtant un bon révélateur de la réalité du socialisme éthiopien et témoigne particulièrement des tensions grandissantes entre socialisme d’Etat et socialisme populaire.

La communication s’intéresse tout particulièrement aux recompositions contemporaines du shengo, à la manière dont il est mobilisé par la puissance publique, en l’occurrence par les Etats-régionaux de l’ethno-fédération éthiopienne et saisi, ou non, par les paysans. Elle observe comment les notables locaux qui compose cette petite assemblée de 5 personnes réagissent et se positionnent par rapport aux nouvelles injonctions étatiques et à la nouvelle demande sociale. Enfin surtout elle cherche à comprendre l’origine de ces changements : la part d’une volonté politique affirmée de reprendre le contrôle sur les masses paysannes (Vaughan, 2011) ; l’émergence d’un nouveau rapport de force scalaire entre les échelons locaux et régionaux de l’appareil d’Etat éthiopien, et notamment la question de son extension via les institutions dites de la société civile telles le shengo ; enfin le rôle des effets de situation offrant l’opportunité historique d’accélérer la transformation des campagnes éthiopiennes, l’avènement d’un agriculteur nouveau quitte à exploiter la crise alimentaire et économique subie par ces populations.

Sabine Planel