JE Règles du jeu en « situations autoritaires »

Réflexions depuis une approche comparée Cameroun-Éthiopie

14 et 15 avril 2016, à Paris

HESAMCes journées d’études proposent d’étudier les « règles du jeu », en particulier dans les rapports aux institutions et à l’État, mais plus spécifiquement en situations autoritaires.

Marie Morelle et Sabine Planel font partie du comité d’organisation. Patrick Awondo est l’un des discutants.

Par règles du jeu, nous entendons saisir ce qui fait norme, la multiplicité de registres de légitimation, dans les pratiques et interactions quotidiennes d’une diversité d’acteurs politiques, sociaux, institutionnels ou encore acteurs privés. Par situation autoritaire, nous entendons l’exercice autoritaire du pouvoir nécessairement façonné par de nouveaux effets de contexte, tels que la démultiplication des modes de gouvernance. Nous prenons nos distances avec la notion d’autoritarisme définie comme la formalisation institutionnelle ou idéologique d’un rapport de pouvoir cherchant à limiter le pluralisme (Linz, 2000). Produit d’une histoire, l’exercice du pouvoir évolue en fonction d’effets de contexte[1]; de ses modes de renouvellement et de réinvention (Benin et Vairel, 2011) ; de son hybridation et de ses convergences avec des situations plus démocratiques (Dabène, Geisser et Massardier, 2008). Il est tributaire des représentations qu’il entraîne, des soubassements symboliques (Wedeen, 1998), et de formes de légitimation (Gatelier et Valeri, 2012). Enfin, il évolue suivant les effets d’incorporation par les individus (Hibou, 2011).

L’enjeu des journées est donc de mettre en perspective la dimension autoritaire du pouvoir dans un contexte de pluralité des normes et de leurs usages. Nous analyserons la portée des contournements de la loi, de la négociation de leur transgression, comme de la conformation à des allégeances sociales, dans des situations autoritaires où les actes de résistance ne sont pas nécessairement exprimés de manière explicite (Bayat, 2010) et où s’affrontent à des intérêts divers à obéir (Hibou, op. cit.). Connaître les règles du jeu, c’est connaître le coût de leur transgression : dans la tension existante entre se conformer ou enfreindre la règle, se joue un processus d’affirmation de soi, autant que la fabrique quotidienne de l’État. Que fait la production de normes sociales plurielles aux modes de gouvernement et plus particulièrement à la domination d’État ? En somme, comment la domination entre en tension, intègre ou non la pluralité comme l’élasticité des normes juridiques, officielles et sociales ? Que permet cette même pluralité aux individus ?

Pour mener à bien cette analyse, il nous a semblé heuristique de proposer une rencontre entre chercheurs conduisant leurs enquêtes dans deux États du continent africain qui pourraient paraître s’opposer en bien des points : l’Éthiopie et le Cameroun. Dans le cas éthiopien, la question du contrôle et de l’encadrement étatique est fondamentale. Elle est un point de départ à des études très localisées de l’influence du parti dans les encadrements des populations urbaines et paysannes (Lefort, 2010 ; Emmenegger et al., 2011 ; Vaughan, 2011). Au Cameroun, la relation entre le parti présidentiel et la présidence semble davantage traversée de tensions quand bien même l’influence partidaire imprègne les secteurs privé et public et se retrouve à plusieurs échelles de gouvernement (services déconcentrés et décentralisés). Par ailleurs, l’institutionnalisation de l’État éthiopien est présentée comme très forte alors qu’elle n’a cessé de faire l’objet d’un débat continu en sciences politiques au Cameroun et en France (Bayat, 1985 ; Médard, 1990). Ainsi, nous ne pourrons nier les régimes d’historicité propres aux deux États. Toutefois, partant de ces différences qu’il nous reviendra de préciser, il nous apparaît possible de cerner le rapport évolutif à la domination de l’État, dans et hors des arènes officielles du pouvoir. En Éthiopie, la porosité entre État et société s’affirme. Elle provoque toutefois des effets différents selon les contextes, autorisant tantôt un renforcement de la domination d’État (Abbink et Hagman, 2013), tantôt des stratégies de résistance, généralement discrètes (Di Nunzio, 2014). Au Cameroun, l’incertitude quant à la règle à suivre, entre hégémonie et coercition en faisant appel à des rapports de force établis sur le court et long terme (Bayart, 2008), peut inciter à se demander comment l’État tient et s’incarne matériellement, à des échelles variées, locale, régionale et nationale. De même, là où l’encadrement étatique semble peser sur les structures sociales éthiopiennes, serait-on tenté d’évoquer la force de l’État au Cameroun dans sa capacité à être absent, à favoriser les non-dits, à s’abstenir de légiférer mais parfois pour mieux interdire et punir, aux moyens de « ruses juridiques » (Nkot, 2005). Là où l’État éthiopien se revendique d’un modèle d’État développemental (Dessalegn Rahmato et al., 2014), porteur d’un projet économique sous tutelle étatique, le Cameroun a été le support d’une théorisation de « la décharge » (Mbembe, 1996 ; Hibou, 1999). En somme, le régime camerounais entretiendrait « des dysfonctionnements réglés », face auquel l’Éthiopie apparaîtrait comme un pays d’ordre. Cette mise en comparaison sera le point de départ à partir duquel saisir le rapport entre « normes pratiques » et situations autoritaires.

Le programme des journées d’étude

 

[1] Voir le « moment thermidorien » défini par J.-F. Bayart (2008).