AAC: Architecture carcérale contemporaine

Matérialités, utopies, prospectives

Séminaire du GERN 2017-2018

O. Milhaud (ENeC, Paris-Sorbonne) & D. Scheer (Université Libre de Bruxelles)

gern_logo

L’architecture pénitentiaire fait figure de parent pauvre de la sociologie carcérale et plus largement des recherches en sciences humaines relatives à la prison. Du moins, l’espace bâti pénitentiaire n’est que rarement au centre de l’analyse. Le regard scientifique se tourne généralement sur le compromis pragmatique concret qui résulte d’un processus peu étudié, et sur les pratiques et usages réels au sein d’un dispositif particulier. A ce titre, les études sociologiques ou ethnographiques sur le quotidien carcéral – des détenus ou des professionnels – foisonnent et il serait long et fastidieux de les citer[1]. Cependant, peu d’entre-elles centrent le regard de l’observateur sur les espaces en détention ; il faut, dès lors, se tourner vers les sciences géographiques et architecturales. Les quelques recherches en la matière offrent un état des lieux relativement unanime en mettant en lumière les effets néfastes de l’agencement spatial pénitentiaire : l’enfermement diminuant l’emprise de l’individu sur le monde (Joanne, Ouard, 2008), la prison comme double séparation – par rapport au reste de la société par l’emplacement géographique et entre détenus au sein du bâtiment pénitentiaire par les discontinuités architecturales (Milhaud, 2009) – ou un regard sur des lieux spécifiques de cristallisation des rapports carcéraux (Rebout, 2008). Néanmoins, la sociologie carcérale (qui emprunte régulièrement les méthodes et épistémologies de l’ethnographie) semble se renouveler, notamment par des analyses qui placent l’espace au centre du regard scientifique[2].

Si de jeunes chercheurs travaillent ces questions dans des disciplines variées et présentent leurs travaux dans des sphères de communication contrastées, ce séminaire international a pour objectif premier de les réunir lors de trois séances afin de penser, ensemble, les manières d’observer, d’analyser et d’interpréter l’espace pénitentiaire contemporain. Ainsi, sociologues, juristes, géographes, architectes, anthropologues, etc. sont invités à présenter leurs analyses respectives, depuis leur propre champ de recherche.

[1] Voir notamment : D. Clemmer, 1940 ; G. Sykes, 1958 ; E. Goffman, 1968, ou plus récemment A. Chauvenet et al., 1994 ; G. Chantraine, 2004.

[2] Voir, notamment, les travaux de Olivier Milhaud (2009) ; Elsa Besson (2013) ; Lucie Bony (2015a, 2015b) ; Dominique Moran (2015) ; Solini, Ferez, Yeghicheyan (2016) ; Scheer (2016).

Les détails ici: gern_20172018_appel-a-comm (pdf)

Les chercheurs du réseau ECOPPAF sur le terrain

Les chercheurs engagés dans le programme ECOPPAF commencent leurs recherches de terrain dans les prisons. Ils rencontrent le personnel et les détenus et observent l’enfermement au concret. Patrick Awondo revient ainsi du Cameroun, tandis que Frédéric Le Marcis est allé ce mois-ci dans la Maison d’arrêt de Grand Bassam (Côte d’Ivoire) pour mener des entretiens approfondis sur les « carrières carcérales », et étudier la question de l’accès au soin dans la prison.

Grand Bassam est une ancienne capitale coloniale, de la fin du XIXe siècle. La maison d’arrêt date de 1911.

La maison d’arrêt et de correction (MAC) de Grand Bassam compte en ce moment 102 détenus, dont 6 femmes. Il est intéressant de comparer son fonctionnement avec celui de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), qui accueille 3500 détenus sur les 10800 que compte actuellement la Côte d’Ivoire, et dont l’infirmerie est plus conséquente, impliquant notamment des détenus qui y travaillent.

La carte des terrains du programme ECOPPAF:

ProjetECOPPAF-Terrains

Les terrains d’étude concernent les pays suivants : Afrique du Sud, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Ghana, Sénégal, Tunisie.