AAC – Panel ECAS « Non-penal forms of confinement »

ecas7_logoLes chercheurs du réseau ECOPPAF Romain Tiquet et Nana Osei Quarshie publient un appel à communications pour l’ECAS, European Conference on African Studies, qui se tiendra à Bâle du 29 juin au 1er juillet 2017.

Le thème de l’ECAS cette année est Urban Africa – Urban Africans: New encounters of the rural and the urban.

ecas7-cfp-8eb50

Le thème du panel est Non-Penal Confinement in Africa

This panel examines the place of non-penal spaces of confinement, where social, economic and political control is exercised. It probes the suppression of « dangerous classes » by political authorities, and highlights the geographies of control linking incarceration in cities and in rural areas.

Lire la suite

Plongée dans des prisons d’Afrique, avec les chercheurs d’ECOPPAF

Le Monde Afrique explore les prisons africaines en partenariat avec la revue Afrique contemporaine (Agence française de développement, partenaire du Monde Afrique) et le projet de recherche ECOPPAF qui étudie « l’économie de la peine et de la prison » en Afrique, chercheurs et journalistes plongent dans l’univers carcéral pour nous en raconter les réalités sociales, économiques et politiques.

afriquecontemporaine     lma

De Cotonou à Yaoundé, d’Abidjan à Douala en passant par les prisons rurales éthiopiennes, Bénin City au Nigeria et Ouagadougou, ces sept articles vous feront découvrir, au travers de témoignages inédits, des lieux d’enfermement, des parcours de vie de prisonniers et de gardiens singuliers. Un panorama de la privation de liberté qui permet d’engager la réflexion sur les droits humains, la réforme des Etats en Afrique et les enjeux de démocratisation qui vont de pair avec la lutte contre les inégalités.

-> Lire l’interview de Marie Morelle et Frédéric Le Marcis qui ouvre la série, « Il faut donner une place à l’Afrique dans les débats sur l’enfermement », Propos recueillis par Nicolas Courtin, rédacteur en chef adjoint de la revue « Afrique contemporaine ».

-> Episode 1 : « Au Nigeria, l’Etat punit et l’Eglise sauve », par Lionel N. Njeukam, Sylvain Faye et Sasha Gear.

-> Episode 2: « A la prison centrale de Yaoundé, être gardien d’un ‘volcan qui dort' », par Marie Morelle.

-> Episode 3: « Les « bakoroman » de Ouagadougou et le cycle infernal de la délinquance », par Muriel Champy.

 

A lire très bientôt: Les chercheurs d’ECOPPAF publient dans Le Monde Afrique

Un voyage au coeur des prisons africaines proposé par les chercheurs d’ECOPPAF, et présenté par Pascal Airault, journaliste à l’Opinion:

« Il ne fait pas bon être prisonnier nulle part dans le monde. C’est encore plus vrai en Afrique où les États n’accordent aucune priorité à leur politique carcérale. De Cotonou à Yaoundé, d’Abidjan à Douala et aux prisons rurales éthiopiennes, en passant par Benin City au Nigeria et Ouagadougou, Le Monde Afrique, en partenariat avec la revue Afrique contemporaine, publie à compter de lundi une série de sept articles passionnants sur les prisons africaines. Ils sont écrits par les chercheurs du projet de recherche ECOPPAF (Economie de la peine et de la prison en Afrique), codirigé par Frédéric Le Marcis (ENS de Lyon) et Marie Morelle (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne). »

Lire la suite

 

AAC: Architecture carcérale contemporaine

Matérialités, utopies, prospectives

Séminaire du GERN 2017-2018

O. Milhaud (ENeC, Paris-Sorbonne) & D. Scheer (Université Libre de Bruxelles)

gern_logo

L’architecture pénitentiaire fait figure de parent pauvre de la sociologie carcérale et plus largement des recherches en sciences humaines relatives à la prison. Du moins, l’espace bâti pénitentiaire n’est que rarement au centre de l’analyse. Le regard scientifique se tourne généralement sur le compromis pragmatique concret qui résulte d’un processus peu étudié, et sur les pratiques et usages réels au sein d’un dispositif particulier. A ce titre, les études sociologiques ou ethnographiques sur le quotidien carcéral – des détenus ou des professionnels – foisonnent et il serait long et fastidieux de les citer[1]. Cependant, peu d’entre-elles centrent le regard de l’observateur sur les espaces en détention ; il faut, dès lors, se tourner vers les sciences géographiques et architecturales. Les quelques recherches en la matière offrent un état des lieux relativement unanime en mettant en lumière les effets néfastes de l’agencement spatial pénitentiaire : l’enfermement diminuant l’emprise de l’individu sur le monde (Joanne, Ouard, 2008), la prison comme double séparation – par rapport au reste de la société par l’emplacement géographique et entre détenus au sein du bâtiment pénitentiaire par les discontinuités architecturales (Milhaud, 2009) – ou un regard sur des lieux spécifiques de cristallisation des rapports carcéraux (Rebout, 2008). Néanmoins, la sociologie carcérale (qui emprunte régulièrement les méthodes et épistémologies de l’ethnographie) semble se renouveler, notamment par des analyses qui placent l’espace au centre du regard scientifique[2].

Si de jeunes chercheurs travaillent ces questions dans des disciplines variées et présentent leurs travaux dans des sphères de communication contrastées, ce séminaire international a pour objectif premier de les réunir lors de trois séances afin de penser, ensemble, les manières d’observer, d’analyser et d’interpréter l’espace pénitentiaire contemporain. Ainsi, sociologues, juristes, géographes, architectes, anthropologues, etc. sont invités à présenter leurs analyses respectives, depuis leur propre champ de recherche.

[1] Voir notamment : D. Clemmer, 1940 ; G. Sykes, 1958 ; E. Goffman, 1968, ou plus récemment A. Chauvenet et al., 1994 ; G. Chantraine, 2004.

[2] Voir, notamment, les travaux de Olivier Milhaud (2009) ; Elsa Besson (2013) ; Lucie Bony (2015a, 2015b) ; Dominique Moran (2015) ; Solini, Ferez, Yeghicheyan (2016) ; Scheer (2016).

Les détails ici: gern_20172018_appel-a-comm (pdf)

Populisme pénal: la prison saisie par le politique

Yasmine Bouagga, membre du réseau ECOPPAF, interviendra aux côtés de Jeanne Chabbal (politiste), Cécile Marcel (directrice de l’Observatoire International des Prisons) et Denis Salas (magistrat et essayiste) dans le Séminaire Sciences sociales et prison, le lundi 14 novembre.

Où? EHESS, salle 13, 105 bld Raspail, Paris 6e.

Quand? 17h-20h.

Vous trouverez le programme du Séminaire Sciences sociales et prison pour 2016-2017, sur le thème « Prison et politique », ici.

Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus

La direction de l’Administration pénitentiaire organise ses Journées d’études internationales les 1er et 2 décembre 2016 à Paris.

Plan c) site internet des JEI

Les journées d’études de la DAP abordent la prison sous l’angle de la spatialité. C’est l’un des éléments constitutifs du dispositif carcéral. Mais en quoi la prison contribue-t-elle à dessiner le rapport à l’espace, qu’il s’agisse de l’espace interne ou extérieur. Cette problématique, qui guidera ces journées d’étude, peut-être déclinée à travers trois axes de questionnement :

• Comment l’espace carcéral s’inscrit-il dans son environnement ? Et comment s’organisent les échangent entre intérieur et extérieur ?

• Comment l’espace carcéral s’inscrit-il dans la temporalité ?

• Enfin, comment l’espace carcéral est-il vécu ? Les réponses à ces questions s’organiseront autour de trois axes : territoires, patrimoines et lieux vécus. De multiples regards (chercheurs et professionnels) et approches (historique, sociologique, géographique, économique) sont appelés à se rencontrer pour porter un éclairage inédit sur la prison.

Marie Morelle, membre du réseau ECOPPAF, est discutante le 2nd jour. Vous trouverez l’intégralité du programme ici.

Inscription ici

Adresse : Ministère de la justice, site Olympe de Gouges
35 rue de la gare, 75019 Paris
RER/Tram: Rosa Parks