Les membres du réseau

Auteur: Pamputt, Licence Creative Commons, 2015

Frédéric Le Marcis est le coordinateur avec Marie Morelle du projet ECOPPAF. Professeur en anthropologie sociale à l’ENS de Lyon et membre du LADEC (Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains). Dans le cadre d’une anthropologie prenant la santé comme entrée empirique, Frédéric Le Marcis s’intéresse à la circulation des modèles de prise en charge ou d’enfermement, aux politiques des essais cliniques et aux conceptions de la vie que cette circulation sous-tend. Il coordonne dans ce cadre le Léa, Lieu d’éducation associé (Ifé) portant sur « Prévention et Promotion de la Santé en milieu carcéral » en collaboration avec Expertise France, à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA – Côte d’Ivoire). Il codirige et participe à plusieurs projets de recherche collaborative internationaux, sur les recommandations de l’OMS concernant l’allaitement maternel sécurisé (ANRS 12316), et sur l’épidémie d’Ebola (Horizon 2020 : Ebola REACTION ! et Reaching Out).

MarieMorelle

Marie Morelle est la coordinatrice avec Frédéric Le Marcis du projet ECOPPAF, et docteur en géographie, maître de conférences HDR à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, au sein du laboratoire PRODIG. Après des recherches sur les processus de marginalisation sociale en ville (enfants des rues au Cameroun et à Madagascar), elle a commencé à travailler sur les politiques publiques de sécurité et les politiques pénitentiaires au Cameroun. Elle a en particulier participé au programme de recherche TerrFerme («  Les dispositifs de l’enfermement : approche territoriale du contrôle politique et social contemporain »). Elle développe également une réflexion sur les liens entre illégalisme et gouvernement urbain, à titre principal en Afrique, à titre secondaire en Europe dans le cadre du collectif de recherches Inverses (Informalité, pouvoirs et envers des espaces urbains). Par ailleurs, elle participe à la construction d’un réseau de recherche et d’enseignement en études urbaines au Cameroun, en partenariat avec la Fondation Paul Ango Ela et l’université de Yaoundé 1.

s200_patrick.awondoPatrick Awondo est anthropologue, enseignant à l’Université Yaoundé I (FSE) et post-doctorant au sein de l’Ifé, à l’ENS de Lyon (bourse post-doctorale Sidaction), où il étudie la prise en charge de la co-infection (VIH-tuberculose) dans les prisons du Burkina Faso et au Cameroun. Dans le cadre de son doctorat, Patrick Awondo a étudié les formes de mobilisations politiques des homosexuels en temps de sida au Cameroun et la construction du sujet dans le contexte migratoire France-Cameroun.

dcfbjhahBouma Fernand Bationo est sociologue (Maître de conférences) au Lariss, et chef du Département de Sociologie de l’Université de Ouagadougou. B F Bationo a travaillé principalement sur les questions de santé, de protection sociale/assurance sociale en santé au Burkina Faso et dans d’autres régions d’Afrique de l’Ouest ; il coordonne le projet de recherche ANRS sur l’allaitement maternel sécurisé en contexte de VIH/sida dans la région sanitaire du Centre au Burkina Faso avec Frédéric Le Marcis. Dans le projet ECOPPAF, tout en gardant la santé comme fil conducteur de ses recherches, il s’intéressera aux institutions judiciaires et trajectoires carcérales des jeunes dans des prisons rurales et urbaines au Burkina Faso.

Yasmine_Bouagga

Yasmine Bouagga est sociologue, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Triangle. Elle a mené des recherches sur les prisons haute sécurité aux Etats-Unis et dans des maisons d’arrêt en France durant son doctorat. Elle oriente actuellement ses recherches sur la circulation des normes et la question de la réforme pénitentiaire dans un contexte de transition politique, en Tunisie.

 

ChristineDeslaurierChristine Deslaurier est historienne, chargée de recherches à l’IRD (IMAf-Raspail), spécialiste de l’histoire du Burundi contemporain. Ses travaux sur la sociohistoire des processus et des acteurs du post-conflit dans ce pays et dans la région des Grands Lacs l’ont amenée à s’intéresser à la place de la prison dans un Etat en crise et dans ce cadre, elle a participé à un ouvrage collectif qui a fait date dans le développement des travaux sur les prisons sur le continent africain. Affectée par l’IRD à Bujumbura (Université du Burundi, Faculté des lettres et sciences humaines), elle compte prolonger dans les prochains mois ses travaux sur la prison en période de crise et de post-conflit.

SashaGear

 

Sasha Gear, spécialiste de questions de détention, de violence et de sexualité en Afrique du Sud, dirige l’ONG Just Detention InternationalSouth Africa où elle continuera à creuser la problématique du genre et de la sexualité en prison.

 

Habmo Birwe est doctorant en Géographie humaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, au sein du laboratoire PRODIG. Après un master pluridisciplinaire sur les questions de territoires et de mobilités à l’Université de Lille 3 et un master en Analyse des politiques publiques à Sciences Po Lyon, il effectue aujourd’hui dans le cadre du programme ECOPPAF une thèse sur le travail carcéral au Cameroun sous la direction de Marie Morelle et de Frédéric Le Marcis. Sa thèse cherche à comprendre les logiques et les pratiques du travail en milieu carcéral en interrogeant les frontières du formel et de l’informel dans les prisons, au Cameroun, et en rendant compte de l’appropriation de l’espace carcéral par les détenus d’une part, et de l’existence d’un continuum socio-spatial d’autre part. L’intérêt de cette recherche, c’est d’étudier l’Etat en pratique, à partir de la prison et d’interroger la circulation-diffusion des modèles de l’emprisonnement d’une manière empirique à partir d’une réalité encore peu étudiée sur le continent : le travail carcéral.

JuliaHornbergerJulia Hornberger est anthropologue et senior lecturer à l’Université du Witwatersrand, en Afrique du Sud. Elle a consacré une grande partie de ses recherches au travail de la police et aux questions de violence et de justice en Afrique du Sud. Dans ce projet, elle supervisera deux étudiants dont la recherche porte sur la perception populaire de ce que font les tribunaux, de leur capacité à produire la justice, et de la façon dont les gens interagissent avec les tribunaux. Le focus ethnographique de leur recherche concerne le paiement des cautions dans les tribunaux et centres de détention provisoire, en zone rurale et urbaine.

SylvainLandryFaye

Crédit: Organisation mondiale de la santé

Sylvain Landry Faye est socio-anthropologue, enseignant-chercheur et directeur du Département de Sociologie à l’Université Cheikh Anta Diop, au Sénégal. Sylvain Faye mène des recherches sur les politiques de santé (il participe dans ce cadre au projet de recherche collaborative Ebola REACTION ! financé par Horizon 2020, avec Frédéric Le Marcis), et sur les questions pénitentiaires au Sénégal. Pour le projet ECOPPAF, il travaille dans plusieurs prisons sénégalaises, représentant les différentes catégories d’établissements pénitentiaires connues dans le pays ainsi que la diversité issue de localisations géographiques variées. Il coordonne un réseau de recherche comparative (RRC) sur l’ethnographie contemporaine des prisons au Sénégal, au Nigéria (Lionel Njeukam) et en Afrique du Sud (Sasha Gear), financé par le CODESRIA. Ce réseau est un démembrement du projet global ECOPPAF.

nguyen-vinh-kim_12_2015-02-12

Crédit: Université de Montréal, 2015

Vinh-Kim Nguyen est médecin et anthropologue à l’Universiteit van Amsterdam, spécialiste du VIH-SIDA. Il participe avec Frédéric Le Marcis et Sylvain Faye au projet Ebola REACTION ! Il s’intéresse aux liens entre raison d’État, rationalité, et pouvoir psychiatrique, et travaillera pour ce projet sur la question des liens entre prison et hôpital psychiatrique à partir d’un terrain mené au Ghana.

s200_nana.quarshieNana Osei Quarshie est doctorant dans le programme d’Anthropologie & Histoire de l’Université du Michigan – Ann Arbor, après un Master en études postcoloniales (LSE) et un second Master en histoire et littérature (Columbia University), ainsi qu’un passage à l’ENS-Ulm en tant que pensionnaire étranger. Sa thèse se penche sur la place du confinement psychiatrique dans les processus de stratification sociale et dans la production de la diversité nationale, régionale et ethnique au Ghana, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. En mettant en lien l’histoire de la migration de travail en Afrique de l’Ouest et l’examen des processus locaux de soin psychiatrique, deux éléments qui pourraient paraître sans rapport au premier abord, il examine les tensions entre la composition d’une façon normative d’être au monde et les formes de subjectivité qui sont qualifiées de « folles » ou « bizarres ».

SabinePlanelSabine Planel est géographe, chargée de recherche à l’IRD et directrice adjointe du laboratoire IMAF. Spécialiste de la fabrique de l’Etat, elle travaille en Ethiopie depuis 1998 sur l’analyse des encadrements paysans en régime autoritaire. Dans ce cadre, Sabine Planel étudie comment l’incarcération, banalisée dans les campagnes éthiopiennes, participe du renouveau d’une gouvernance autoritaire. Pour le projet ECOPPAF, elle travaillera dans les régions du Tigray (nord) et du Wolayta (sud). Sabine Planel est membre du programme MDA (« Mutation et Défis Africains », HESAM, PNM, coord. Rémy Bazenguisa), co-responsable avec Marie Morelle du thème « Contraintes, contrôles et résistances africaines ». Elle est également responsable du programme de recherche « The Developmental State from Below », (Centre français des Etudes éthiopiennes, IFRE).

RawlingsKathy Rawlings est étudiante en Master d’anthropologie à l’Université du Witwatersrand, à Johannesburg, Afrique du Sud. Kathy est diplômée d’une licence d’anthropologie, littérature anglaise et histoire de l’art, et s’intéresse à présent au système pénal. Sous la supervision de Julia Hornberger, elle mène pour ECOPPAF une recherche sur la procédure de mise en liberté sous caution (« bail ») en Afrique du Sud, à l’aide d’un terrain situé en zone urbaine. Cette étude accorde une attention particulière au temps et à la temporalité, en observant comment les accusés et les victimes ressentent, expérimentent socialement le temps, dans leur contact avec la justice pénale (et ses potentiels retards). En définitive il s’agit de retracer la ‘vie sociale’ d’une procédure très formelle.

RisimatiMandla Musa Eldridge Risimati est étudiant en Master d’anthropologie à l’Université du Witwatersrand, à Johannesburg, Afrique du Sud. Il détient une licence de géographie obtenue dans la meme université, et un “Honours Degree” de sociologie de l’Université de Venda. Sous la supervision de Julia Hornberger, il mène pour ECOPPAF une recherche sur la compréhension populaire des tribunaux dans la communauté rurale de Giyani, et analyse ainsi les pratiques quotidiennes de la justice pénale en Afrique du Sud. L’étude vise aussi à comprendre la perception qu’ont les gens des procédures de bail, et comment muphti (la médecine traditionnelle) et corruption jouent un rôle significatif dans la capacité qu’ont les tribunaux de produire la justice.