Les chercheurs du réseau ECOPPAF sur le terrain

Les chercheurs engagés dans le programme ECOPPAF commencent leurs recherches de terrain dans les prisons. Ils rencontrent le personnel et les détenus et observent l’enfermement au concret. Patrick Awondo revient ainsi du Cameroun, tandis que Frédéric Le Marcis est allé ce mois-ci dans la Maison d’arrêt de Grand Bassam (Côte d’Ivoire) pour mener des entretiens approfondis sur les « carrières carcérales », et étudier la question de l’accès au soin dans la prison.

Grand Bassam est une ancienne capitale coloniale, de la fin du XIXe siècle. La maison d’arrêt date de 1911.

La maison d’arrêt et de correction (MAC) de Grand Bassam compte en ce moment 102 détenus, dont 6 femmes. Il est intéressant de comparer son fonctionnement avec celui de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), qui accueille 3500 détenus sur les 10800 que compte actuellement la Côte d’Ivoire, et dont l’infirmerie est plus conséquente, impliquant notamment des détenus qui y travaillent.

La carte des terrains du programme ECOPPAF:

ProjetECOPPAF-Terrains

Les terrains d’étude concernent les pays suivants : Afrique du Sud, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Ghana, Sénégal, Tunisie.