Les membres associés

AghiBahi

Aghi Bahi est Professeur au Département des Sciences de la communication et Chercheur au Centre d’Etudes et de Recherche en Communication (CERCOM) de l’UFR Information Communication (UFRICA), à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Il mène actuellement avec ses étudiants une analyse de l’univers carcéral tel qu’il est représenté dans les médias ivoiriens.

Bphoto_bene_brunet_larucheénédicte Brunet-La Ruche est docteur en histoire contemporaine et chercheuse associée aux laboratoires CESDIP (Centre de Recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, Saint-Quentin en Yvelines) et FRA.M.ESPA (Toulouse). Ses recherches portaient sur le « parcours » pénal, depuis l’acte délictuel ou criminel jusqu’à sa sanction, en passant par sa poursuite et son jugement, dans une colonie d’Afrique occidentale française, le Dahomey, pendant la première partie du XXe siècle. Elle débute un projet de recherche relatif à la transition du processus pénal et de ses usages sociaux entre la fin de la période coloniale et les premières décennies des indépendances (1945-années 1970) en Afrique de l’ouest.

MurielChampyMuriel Champy est docteur en anthropologie de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense (ED 395), associée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186). Etudiant les trajectoires des enfants et jeunes adultes burkinabè vivant dans la rue à Ouagadougou comme participant d’une dynamique de migration juvénile, ses recherches se situent au croisement de l’anthropologie des âges de la vie et de l’anthropologie économique. Les parcours de ses interlocuteurs l’ont tout naturellement amenée à s’intéresser aux dispositifs d’encadrement de cette jeunesse marginale, par le biais de programmes caritatifs mais aussi par le déploiement de politiques répressives et d’enfermement.

eyengaAncien lauréat du programme Erasmus Mundus, Dream projet EU-ACP, Georges Macaire Eyenga est doctorant en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (ED 396), associé au Laboratoire de Sociologie, Philosophie et Anthropologie Politiques (SOPHIAPOL, EA 3932). Ses travaux ont d’abord porté sur les crises de succession politique dans les chefferies traditionnelles au Cameroun avant de s’orienter vers l’étude des politiques pénales en Afrique subsaharienne. Son travail de thèse est une anthropologie de la punition en contexte de démocratisation où il essaye, à partir d’une approche socio-anthropologique, d’appréhender le rôle et la place de l’enfermement carcéral dans les modes de gouvernement des espaces urbains et ruraux au Cameroun.

Lionel Njeukam est docteur en sciences politiques et chercheur à la Fondation Paul Ango Ela, au Cameroun. Il mène actuellement un travail de recherche sur les prisons nigérianes, avec un financement du CODESRIA (novembre 2014-avril 2016). Ses thèmes de recherche portent sur la prison, la peine de mort, le Nigeria, l’Etat en Afrique et le fédéralisme en Afrique.

 

romainacademiaRomain Tiquet a obtenu sa thèse en histoire contemporaine à l’Université Humboldt de Berlin et est actuellement post-doctorant à l’Université de Genève. Après avoir réalisé son Master sur l’histoire des forces civiles de police et du maintien de l’ordre en Haute-Volta (actuel Burkina Faso), il a travaillé sur la mise en place de formes de contraintes au travail par le pouvoir (post)colonial au Sénégal. Il aborde la question de l’enfermement à travers un biais économique, au regard de l’utilisation de la main-d’œuvre pénale envoyée sur les chantiers routiers de la colonie. Il traite aussi des rapports de rejet et d’usage du carcéral colonial à travers l’analyse des réactions multiformes de prisonniers pour échapper à l’enfermement (désertion, connivence, automutilations, plaintes, mutinerie, etc).